• ActualitésActualités 

     

    « Une faute reconnue est partiellement pardonnée ». L’éducation dans nos pays africains va de pire en mal.

    Mais en faite, c’est quoi le problème de l’éducation au Niger ? Beaucoup de paramètres interviennent pour expliquer l’agonie dans laquelle se trouve le système éducatif nigérien depuis deux décennies. Tout d’abord il faut noter que l’Etat s’est trop désengagé de la question éducative. Tous les gouvernements qui se sont succédé n’ont pas un vrai programme pour l’éducation. Les bailleurs de fonds qui nous appuyaient au début ne leur font plus confiance.

    Au moment où nos différentes régions connaissent un boum démographique assez important, ce qui veut dire la multiplication des infrastructures, nos dirigeants se sont aveuglement pliés aux ordres » inhumains » de la Banque Mondiale et du FMI. L’ajustement structurel imposé au Niger dans les années 1990 a porté un coup dur à notre système éducatif. Comment le Niger peut-il espérer à une éducation de qualité quand il ne recrute plus des enseignants ? Le recrutement à la fonction publique n’est plus à l’ordre du jour. Pensant trouver la solution, le système de service civique à vu son délai augmenté d’un an. Ensuite est venu le système de volontariat qui a drainé vers le contrat. Les jeunes diplômés sont sacrifiés. Le contrat est devenu un devoir pour les jeunes nigériens. En  résumé le diplômé n’ayant pas fait le contrat ne peut pas prétendre à intégrer la fonction publique.

    Le système éducatif accumule à lui seul presque la moitié de tous les fonctionnaires du pays. Signer ce contrat (dont l’état ne respecte jamais sa part) est la seule issue pour nos jeunes d’échapper au chômage. Cela a crée un manque de volonté parmi les enseignants contractuels. Si non comment peut-on comprendre que quelqu’un qui a étudié la sociologie se trouve dans une classe d’enseignement d’histoire ou de géographie. Ou bien un étudiant fraichement sorti d’université avec une maîtrise en anglais devient professeur d’éducation physique. Les exemples sont nombreux et choquants. Au Niger l’état peut vraiment changer ton destin.

      

    Les pécules (puisse qu’on ne parle plus de salaire) payés pour les contractuels sont  très dérisoires vu le coût actuel de la vie. Beaucoup d’écoles manquent de livres, des tables, etc. Dans les centres ruraux, les classes sont dans leur écrasante majorité en paillote. Dans d’autres contrées les élèves suivent les cours sous des arbres. Cette triste réalité est connue de tous.

    Tout le monde le dit, tous les dirigeants le savent, tous les responsables éducatifs le reconnaissent.

    A quoi servent les Conseils Régionaux de l’éducation ?

     


    4 commentaires
  • Depuis un certain temps les parents d'élèves sont les seuls responsables de l'éducation de leurs enfants. Ils sont en effet chargés depayer tous ceux dont a besoin ces enfants pour une rentrée scolaire modeste. Depuis que l'Etat nigérien ne s'occupe plus de l'école et de l'éducation scolaire( comme avant) les parents l'ont remplacé.

    Après l'achat de cartables et autres consors nos chers parents payent en moyenne tous les mois pour ne pas dire toutes les semaines (selon les écoles)des cotisations soit disant pour apyer les crayons de couleur ou pour clôturer la cour de l'école. Beaucoup des voies et moyens sont inventés dans assez de pays africains pour exploiter les parents d'élève au moment où la qualité des écoles africaines et les enseignements dispensés sont à ne repondent plus aux exigences du moments. Cette année les parents auront beaucoup à faire. Lemois de careme est très couteux. Et sa fin coincide avec la rentrée des classes à Tahoua. Après les dépenses pour la fête de Ramadan, il faut en plus faire un autre budget pour la dépense de cette rentrée. Du paiement des frais d'inscription pour les ceux qui ont leurs enfants dans les établissements privés. Il faut encore vendre les produits des cultures pour les parents ruraux afin de faire voyager leurs enfants qui fréquentent les collèges urabains. Ces parents font beaucoup de sacrifces il faut le reconnaitre. Mais reste à savoir s'il profitent bien de ces sacifices dans un pays comme le Niger ou plus de la moitié de ses diplômés sont au chomage? Mais quelle est le rôle des forums sur l'éducation organisé ça et là?


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires